ActualitésRetour aux actualités

Pas de partisanerie derrière l’attribution des rôles, assure Martine Ouellet

Parlez-en :

OTTAWA — La chef bloquiste Martine Ouellet nie avoir écarté l’ancien leader parlementaire du parti en Chambre parce que ce dernier ne l’avait pas appuyée dans la course à la direction.

En mêlée de presse dans le foyer des Communes, lundi après-midi, la nouvelle dirigeante de la formation indépendantiste a assuré que ce n’était «pas du tout» le cas.

L’ancien titulaire du poste, Luc Thériault, avait affirmé un peu plus tôt qu’il était «assez évident» qu’il avait été éjecté parce qu’il ne faisait pas partie de la «garde rapprochée» de Martine Ouellet.

Le rôle de leader parlementaire du Bloc québécois en Chambre a été confié à Gabriel Ste-Marie, qui s’est rapidement rallié à Martine Ouellet dans cette course qui n’en a finalement pas été une.

La nouvelle chef bloquiste s’adressait lundi aux journalistes de la presse parlementaire à Ottawa pour la première fois depuis son couronnement officiel à la tête du parti, samedi dernier.

En théorie, Mme Ouellet doit passer seulement les lundis dans la capitale nationale, mais cette semaine, elle manquera une journée à l’Assemblée nationale en raison du dépôt du budget fédéral.

Cette présence à Ottawa, mercredi, s’imposait en raison de l’importance de la présentation de ce deuxième exercice financier du gouvernement Trudeau, a justifié l’élue indépendante de Vachon.

L’ancienne députée péquiste a été critiquée par certains pour sa décision de cumuler les rôles de députés au salon bleu et de chef du Bloc québécois à la Chambre des communes.

Mélanie Marquis, La Presse canadienne