ActualitésRetour aux actualités

Un attentat dans un mausolée chiite du Pakistan fait au moins 77 morts

Parlez-en :
http://syndication.thecanadianpress.com/rss/d42cd73e-cf9a-46f9-8569-5f42210de6d3/6b96c68c-c13e-41ab-8f01-1d0b1111817f/2daad8d0ef3a4933987e889144f83ed3-2daad8d0ef3a4933987e889.jpg

Un kamikaze s’est fait exploser dans un célèbre mausolée du sud du Pakistan, jeudi, tuant au moins 77 personnes, selon les autorités. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier dans le pays depuis plus de deux ans.

L’assaillant est entré dans la salle principale du mausolée Lal Shahbaz Qalandar, à Sehwan, et a déclenché ses explosifs parmi les dizaines de fidèles qui s’y trouvaient, d’après trois responsables de la sécurité. Au moins 20 femmes et neuf enfants figurent parmi les victimes, ont-ils précisé.

Les responsables se sont exprimés sous le couvert de l’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à s’adresser aux journalistes. Fazal Palejo, un haut responsable des services de santé dans la province du Sindh, a confirmé le bilan des victimes.

Daech (le groupe armé État islamique) a revendiqué l’attentat dans une déclaration diffusée par Aamaq, son agence de presse, affirmant avoir visé un «rassemblement chiite». Le groupe extrémiste sunnite considère les chiites comme des hérétiques et estime que les mausolées chiites constituent une forme d’idolâtrie.

Des chaînes de télévision locales ont montré des images choquantes des lieux après l’explosion. On peut y voir des fidèles qui appellent à l’aide sur un plancher couvert de chaussures, de sang et de restes humains. Des femmes crient et se frappent la poitrine en signe de deuil.

Un témoin de l’attaque, Raja Somro, a déclaré à la télévision que des centaines de personnes participaient à une danse spirituelle connue sous le nom de «dhamal» lorsque le kamikaze s’est fait exploser.

«J’ai vu des corps partout. J’ai vu des corps de femmes et d’enfants», a-t-il dit.

Le gardien du mausolée, Ghazanfar Shah, a affirmé que les mesures de sécurité n’étaient pas très strictes sur les lieux.

Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier au Pakistan depuis le 16 décembre 2014, lorsque des terroristes avaient attaqué une école dirigée par l’armée à Peshawar, tuant 154 personnes, pour la plupart des écoliers.

Adil Jawad et Munir Ahmed, The Associated Press